Comment TWERES est-il né?

L’association TWERES est issue d’un groupe de résidents secondaires qui se sont réunis sur les réseaux sociaux. Pour contester l’interdiction de séjour dans les résidences secondaires pendant la période de confinement corona. Contrairement au régime appliqué dans nos pays voisins, le gouvernement belge a promulgué une interdiction absolue de passer le confinement dans une seconde résidence. Cette mesure fut perçue comme disproportionnée par de nombreux résidents secondaires. Ils ont été chassés sauvages. D’autant plus qu’un gouverneur lançait un appel à la population locale de dénoncer les résidents secondaires illégaux, que quelques résidents permanents se sentaient obligés de publier sur les réseaux sociaux dans quels immeubles se trouvaient encore « des taupes », que la police organisait des contrôles d’identité à la sortie des magasins et déployait même des drones pour chasser des familles éventuellement cachées dans des caravanes ou des parcs de vacances.

Fin janvier 2021, dans le cadre de la crise corona, le gouvernement belge a émis une interdiction de quitter le pays, sauf pour “un voyage essentiel”. TWERES, avec le soutien financier d’une soixantaine de membres, a tenté d’obtenir l’annulation de cette interdiction de voyager par le biais du Conseil d’État. Toutefois, le Conseil a refusé d’examiner cette demande en raison du “manque d’urgence”. TWERES a ensuite lancé une pétition pour ajouter à la liste des voyages essentiels les déplacements nécessaires des propriétaires vers leur résidence secondaire à l’étranger pour effectuer des travaux d’entretien ou de réparation urgents. Finalement, l’interdiction de voyager a été levée en avril 2021.

This content is also available in: NL DE EN