Linda a un appartement au bord de la mer, mais doit quand même faire 400 kilomètres par jour pour son travail : “Le gouverneur a conseillé de rester à l’hôtel”.

Le 7 mai 2020, l’article suivant est paru dans plusieurs journaux flamands :

Personne ne veut retourner à son deuxième séjour sur la côte dès que Linda de Maasmechelen. Elle fait maintenant 400 kilomètres par jour pour se rendre à son travail à Dixmude et en revenir.

Linda travaille dans l’agence de travail temporaire Absolute Jobs à Dixmude depuis le début de cette année. Elle loue un appartement à Coxyde mais sa résidence est toujours chez ses parents à Maasmechelen. Lorsque le Conseil de sécurité a décidé que les entreprises pouvaient rouvrir, Linda a également été informée par son patron qu’elle était attendue au bureau.

“Je ne pensais pas que c’était un problème”, a déclaré Linda. Toutefois : le résident secondaire n’est pas le bienvenu sur la côte depuis le début du confinement.

“J’ai déjà envoyé un e-mail au gouverneur de la Flandre occidentale : ne peut-on pas faire une exception pour les gens comme moi qui louent sur la côte parce qu’ils y travaillent ? Hélas : je n’ai pas le droit de dormir dans mon appartement. Je dois donc parcourir plus de 400 kilomètres par jour. Cela donnera des déplacement amusants. C’est bon pour l’environnement aussi”, soupire Linda.

Le gouverneur conseille à Linda de séjourner à l’hôtel. Après tout, les hotels sont autorisés à rester ouverts pour les clientss qui font un déplacement essentiel. Mais Linda trouve cela absurde. “Dans un hôtel, je serai en contact avec les autres clients, n’est-ce pas? J’ai un petit appartement parfait, rien que pour moi, pour lequel je paie déjà 600 euros par mois. Et je devrais ensuite payer une chambre d’hôtel ?”

Cliquez ici pour l’article complet (uniquement pour les abonnés du Het Nieuwsblad)

This content is also available in: NL DE EN